25 jun. 2009

Néstor Barron

ÉTHIQUE DU SOLDAT

J’ai été engendré par un siècle
qui s’est sauvé la queue entre les jambes.
Alors si je le croise un soir dans
un bar
c’est simple
je lui pète la gueule
et je continue à rouler ma clope (je fume toujours
dans les bars, où, quoi qu’il
arrive, le héros
c’est moi).

Ils sont venus pour les Juifs, les
Noirs, les Boliviens. Mais
pas pour moi.
En fait, ils sont venus,
mais je me suis toujours arrangé
pour ne pas être chez moi.

J’aurais pu te donner la vie
dont tu rêvais
si je n’avais pas eu cette putain de rose blanche dans la poitrine
qui saigne
qui saigne
qui te vide de mon sang.

No hay comentarios: